Brenda Shanahan

Votre députée de


Châteauguay-Lacolle

Brenda Shanahan

Votre députée de


Châteauguay-Lacolle

Menu

Brenda Shanahan fait le point sur l’augmentation des demandeurs de statut de réfugié

Châteauguay, le 15 août 2017 – La députée de Châteauguay-Lacolle, Brenda Shanahan, désire faire une mise au point sur la nouvelle augmentation de demandeurs de statut de réfugié observée depuis quelques semaines dans la région de St-Bernard-de-Lacolle.

Brenda Shanahan s’est dernièrement rendue à de nombreuses reprises à St-Bernard-de-Lacolle afin de rencontrer les citoyens touchés, les élus locaux et les intervenants de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), de la Croix-Rouge et des Forces armées canadiennes. Elle a également accompagné des ministres lors de visites au poste frontalier et dans les installations temporaires, soit Ahmed Hussen (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté), Marc Garneau (Transports) et Marie-Claude Bibeau (Développement international et Francophonie).

Brenda Shanahan tient à rappeler que les passages irréguliers à la frontière ne sont pas un phénomène nouveau et que la GRC, l’ASFC et les agents d’immigration ont l’expérience et les ressources nécessaires pour gérer les volumes variables. D’après le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, il ne s’agit pas d’une crise migratoire et le Canada est en mesure de faire face au flux de migrants.

« Notre gouvernement a adopté une approche concertée afin de gérer efficacement la situation. Nous collaborons étroitement avec les acteurs sur le terrain de même que le gouvernement du Québec pour assurer une intervention coordonnée devant cette nouvelle vague surtout constituée de demandeurs d’origine haïtienne. » – Brenda Shanahan

Il importe de souligner que ces demandeurs irréguliers ont droit à une protection en vertu des lois internationales et canadiennes. Ils représentent toutefois une catégorie distincte et ne précèdent en aucun cas les autres demandeurs d’immigration, de résidence permanente ou de citoyenneté. Cette pratique irrégulière ne leur donne donc aucun avantage. Par ailleurs, le fait de traverser une frontière sans se rapporter à un poste douanier ne représente pas un acte illégal dans la mesure où l’individu en question présente une demande de statut de réfugié dans le pays d’arrivée.

 Un processus rigoureux

« Tous les demandeurs de statut de réfugié font l’objet d’une vérification complète de la sécurité et des antécédents judiciaires. », précise le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale. « Nous nous assurons ainsi qu’ils n’ont pas commis de crime dans le passé et qu’ils ne représentent pas un risque à la santé ou à la sécurité des Canadiens. »

Ce même processus est appliqué à la lettre peu importe la manière dont une personne entre au pays ou l’endroit où elle fait une demande de statut de réfugié. Le demandeur doit d’abord expliquer à l’ASFC le motif de sa demande. Si celle-ci est recevable, il devra ensuite témoigner devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié pour prouver qu’il fuit la guerre, la terreur ou la persécution. Dans le cas où la Commission juge que le demandeur n’a pas besoin de protection, il devra quitter le Canada.

« Le fait de présenter une demande pour obtenir un statut de réfugié n’est donc pas un laissez-passer automatique pour demeurer au Canada. Si une personne ne répond pas aux critères d’obtention du statut de réfugié, elle sera renvoyée dans son pays d’origine ou de dernière résidence permanente. » – Brenda Shanahan