Brenda Shanahan

Votre députée de


Châteauguay-Lacolle

Brenda Shanahan

Votre députée de


Châteauguay-Lacolle

Menu

Brenda Shanahan organise le premier événement de la Société d’histoire parlementaire

L’événement inaugural de la Société canadienne d’histoire parlementaire, une initiative de la députée Brenda Shanahan, a eu lieu le 9 mai sur la colline du Parlement sous forme d’un déjeuner-causerie. Intitulé Les parlementaires avant le 21e siècle : Évolution de la participation, de la politique et des pratiques parlementaires, l’événement mettait en vedette un ancien président de la Chambre des communes, des parlementaires et ex-parlementaires de la Chambre et du Sénat, ainsi que trois universitaires respectés.

La raison d’être de la Société canadienne d’histoire parlementaire est de faire la promotion d’une exploration non partisane de l’histoire du Parlement canadien afin de parfaire notre connaissance et de nous sensibiliser à notre riche héritage démocratique. La Société vise à attirer non seulement les députés et les sénateurs, mais également tous ceux qui œuvrent au sein du Parlement ou qui ont un intérêt en la matière.

Le premier événement était coparrainé par un groupe transpartisan de députés, formé de David Christopherson, Martin Shields et Erin Weir, avec le soutien de l’Association canadienne des ex-parlementaires et le Groupe canadien d’étude des parlements. Le panel était formé de Lori Turnbull de l’Université Dalhousie d’Halifax, de Paul Thomas du Centre Samara pour la démocratie et de Jennifer Wallner de l’Université d’Ottawa. Ceux-ci ont entre autres abordé les motifs qui peuvent amener les députés à changer de parti à différents moments dans l’histoire et les impacts de cette pratique, ainsi que le rôle de l’affiliation partisane dans le système politique fédéral.

« Parmi les nombreuses associations auxquelles nous pouvons participer sur la colline, j’ai été surprise de constater, en tant que passionnée d’histoire politique, qu’il n’existait aucune association dédiée à l’histoire parlementaire canadienne. J’ai donc senti le besoin d’établir cette Société avec l’aide de mes collègues. »Brenda ShanahanDéputée

La discussion était modérée par l’ancien président de la Chambre des communes, Peter Miliken, et le public incluait des parlementaires, d’anciens ministres, un ancien greffier de la Chambre, du personnel du Parlement, ainsi que des représentants de la Bibliothèque du Parlement ainsi que du Service de conservation parlementaire.

« C’était un réel plaisir d’être invitée à cet événement inaugural de la Société. », partage Jennifer Wallner. « En plus d’avoir l’occasion de discuter de mon propre travail sur les partis politiques et le fédéralisme, j’ai également eu l’occasion d’entendre des parlementaires de longue date et des hauts-fonctionnaires nous raconter leurs expériences personnelles avec nos institutions gouvernementales.»

L’avenir de la Société

 La Société projette de tenir d’autres événements lorsque le Parlement sera convoqué après l’élection de cet automne. Les futurs panels et conférences pourraient par exemple aborder le rôle de Georges-Étienne Cartier dans la Confédération, le déroulement des travaux durant la Deuxième Guerre mondiale, le fonctionnement du Parlement à la suite de l’incendie de 1916, ou encore l’évolution de la présence des femmes en politique et au Parlement.

« Durant la dernière décennie, le Centre Samara pour la démocratie s’est employé à capter l’histoire orale des parlementaires canadiens par le biais de notre projet Entrevues avec les députés sortants. », souligne Paul Thomas. « Nous sommes très enthousiastes face au lancement de la Société et nous espérons qu’elle rassemblera députés, universitaires et citoyens afin de mieux comprendre notre histoire et ses enseignements pour la démocratie canadienne d’aujourd’hui. »

Photo 2 : Le député Martin Shield, les anciens présidents de la Chambre des communes, Peter Miliken et Robert Marleau, le professeur Paul Thomas, la députée Brenda Shanahan, le député Erin Weir, la professeure Lori Turnbull, l’ancien ministre John Reid, l’ancienne sénatrice Anne Clare Cools, et la professeure Jennifer Wallner.